Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3  AMERICAS   BY   BICYCLE

MES VOYAGES AUX TROIS AMERIQUES EN VELO

ARGENTINA Y CHILE 3ME VOYAGE

Desde el norOeste de Argentina hasta Ushuaia El NorOeste Este ano tenia el sueno de lograr Ushuaia, pero antes queria experimentar el desafio del NorOeste de Argentina. Entonces sali de la Rioja Capital, empezando por el embalse, y la cuesta del Huaco, 60km, para llegar al altiplano, la estepa, con mis amigos espinas, agorrobos, paja, retamas, mimosa, brezas, arena y piedritas y carnicolas. Despues viene Tinogasta, Fiambala, y el paso San Fransisco, mi primer objectivo. Infelizmente, lo cerraban por nieve el tiempo que llegue a Fiambala. Pues por lo menos se puede subir hasta la aduana. Entonces sali por las 5 de la tarde de Fiambala, hasta alcanzar al primer refugio, algun casita de tierra qui me proteja del viento loco, la Zonda, llevando arena, una vista fenomenal. Segui asi 3 dias mas, subiendo de refugio a refugio, aparte de la subida de 50km al principio, no hay dificuldad, tampoco de la altura, tanto la subida es despacita, pero hay este viento loco, que nace con la aurora, apenas se puede andar por 5km/h, que lleva olas de arena, tenia que esconderme atras de mis alforgas, y desde las 3, de pararme en el refugio. Llegue hasta 3900m de altura, la vista de los medanos, pinturas de arena fabulosas, de los volcanes, y encontre una camioneta probando el nuevo coche Renault, y aproveche la suerte para que me lleven a Fiambala. Alpasinche de nuevo, y me fue por la estepa hasta Londres, y su pueblito inca, un lugar de hadas, y Belen. Hice la vuelta por la quebra del rio y el barranco del indio, muy bonito, y fue a Andalgada, un poco despistado por la cuesta de Belen, tan corta que apenas la senti. Despues viene la cuesta del Chilca, 20km de balcones bravisimos, maravilloso, todos los conductores me felicitaron y me alentaron. Al tope campesinos me convidaron a una sopa con pan casero y vino, y despues el altiplano hasta Las Estancias, un valle verde al largo del arroyo. Mande el camping a una familia, y me convidaron al mate, la cena y la noche. Luego es la cuesta del Clavillo, 15km de balcones, por un bosquete de hayas, y al tope, un fortin y un castillo, y la vista fabulosa del Aconquija, 6000m de altura, cubierto de selva salvaje, sin nadie, y de la llanura de Tucuman. La bajada es loca, rapida, ripio malisimo, hasta las huertas de limones y naranjas, y los campos de cana de azucar, hasta Concepcion. Y segui por la cuesta del Indio, 60km hasta El Tafi, y 30 mas hasta el Infernillo, al principio por la selva y el calor bravo, hasta el altiplano. Este sigue con viento hasta Cafayate y sus vinas. Despues viene el canon de Cafayate, con las paredes esculpidas por el viento y el agua, con colores distinctas juntas, pues tengan que verlo. Y la bajada hasta Salta, adonde un ciclista me espero, y celebramos su cumpleanos, asado, y fiesta. Bien descanso, en 2 dias llegue a San Antonio de las cobres, por la cuesta del Rio Blanco, 120km, paso a 4100m, no aguante la altura y hice los ultimos 17km empujando la bici. Pues tenia que olvidar el paso Sico, otra vez, y me fue por el altiplano y el Salar Grande, saben una estancia blanca pura y toda llana, rodeada por sierras secas, un sueno. Llegue al paso de Lipan, 4200m, empujando la bici, y viene la bajada muy pero muy rapida de Lipan, por la quebrada de huamaca, paredes de colores, pueblitos agarrados, flores amarillas, barranco esculpido en organo, hasta llegar a Pumamarca. Aqui regrese por colectivo a Alpasinche, temia de faltar de tiempo. Y me fue por los oasis de San Blas, Fatima, otra cuesta de 20km, Chilecito, Nonagosta, aislas de arboles y pastos, una iglesia bonita, algunas chacras, un parque, por la estepa. Y viene la cuesta de Miranda, pues llegue al tope al momento que pensaba al final si empeza la dificuldad, 20km, pero si muy linda, canon, sierras de colores, garganta. Y Llegue a los parques deserticos, Talampaya, un canon, el Valle de la Luna, el llamado adecuado, espectaculares. La ultima subida, Chucuma, la bajada extrana por los badenes, y un coche me recoge hasta San Juan Capital, para evitarme el desierto puro, con los matorrales quemados por el viento caliente, algun castratofe nueva por aqui, una lastima. de aqui tome el colectivo hasta San Rafael, que ya hice el ano pasado la ruta al pie de la cordillera. Aqui pues el paso de Puhenches estaba cerrado por nieve, segui por la 40 hasta el Pino Hechado, sabes esta ruta en muy malo estado, sin nadie, tanto ventosa. No me parecia tanta dificil, pero si marovillosa. Subi hasta la Lenas, 40km de cuesta suave, pero hay viento helado en contra, por una quebrada agradable, hasta los picos blancos de nieve. Y despues Mallargue, Barrancas, y el Rio Grande. No es que sea dificil, sino que habia viento. Paciencia y perseverancia. El Rio Grande, es algo magico, colores, poder, liberdad, campo de Luna, y los Ultimos Gauchos, los libres de la leyenda de Martin Fierro con la china. Solo para encontrarles merece la vuelta. esos toman mate en silencio, y van a caballo, algun pasto, un corral, pocas vacas y obreras, no clausura por la meseta. Luego viene el volcan Tromen, 4500m, con nieve siempre, y amigos blancos, y viento loco. La ruta lo rodea unos dias, cuidate no hay almacenes, hasta llegar a Chos Mahal, adonde me ofreci un hotel comodo. Y deje la 40 mas adelante demasiado aburrida, preferi pasar por lo alto, como siempre. La cuesta del Cholar ya es fuerte, en balcones sobre el rio Neuquen, lindo, ademas vienen los vientos por 3 lados, del volcan Tromen, de otro volcan, y de la sierra del Viento, blanca de hielo, es decir la Cordillera. Empuje la bici 20km, agarrado al manubrio, hasta el paso. Aqui un camion me recogio, el viento hizo la ruta estrecha demasiado peligrosa. Despues la ruta rodea la Cordillera, bonita, agradable, y la cuesta del Pino Hechado la hice sin pena desde Loncopue de un tramo para aprovechar de la ausencia de viento, y dormi por el lado de Chile, un frio increible, el agua helado en las botellas por la aurora, y la carpa blanca de hielo. El Sur de Chile y los Magellanes Despues del paso baje a Lonquimay, con la idea de conocer los volcanes al norte. Pero no se puede pasar. Entonces subi hasta Los lagos Galletue y Icalma, agua azul, lo mejor son los bosquetes de araucarias y el atiplano, Luego segui la ruta de los lagos, es decir baje por las colinas, 300m de altura, y por el ripio malisimo, matador, piedras, posos, badenes para crucer cada riachuelo, y lomas, siempre, pasando de un lago a otro. Como no tenia plata, hice acampo libre, saltando clausuras, escondidome atras de matorrales. Todas las orillas de los lagos son privados, casas de verano o hosteles y camping carisimos, al contrario de Argentina. Cierto la vista de una estancia azul a dentro de colinas verdes, cubiertas de bosquetes y de pastos, es bonita, pero lo mejor son los volcanes, conos blancos que sobrepasan todo con orgullo y fuerza. Tenia la suerte que habia sol cuando estuve por los lagos, y lluvia cuando estuve por la Panamerica, porque en general llove 350 dias por ano, y no se ve nada. Los rumbos los mas apasionantes fueron el rodeo por el lago Neltume, camino bravo, estrecho, cuestas, perdido en el bosquete salvaje, y vistas maravillosas, y la ruta desde Puerto Octay, un lugar lindo, hasta Puelche, por Puelo y Cochazo. La vista del lago de Todos los sanctos rodedado por la Cordillera blanca, y del fiordo con el volcan Yates en el centro, el camino al largo del fiordo, por el bosquete salvaje, es magico. Despues regrese por ferry a Puerto Montt, y otro ferry hasta Chaiten, 2 pueblos a evitar, que hay ferry saliendo de Horniporen solo por verano. Y fue la mitica Carretera Austral. Hay que decir que hasta Puerto Aysen, es un placer de belleza. Solo tenia lluvias debiles, poco viento, poco frio. La ruta de ripio malo pasa entre declives abruptos cubiertos de la selva fria, linguas y pinos, rines, laureles, cohihues, arrayanes, retamas, chilcos, parillas, nautales, colihues, Cascadas caen por todo declives, a veces rodea un pentano, resultado de una erupcion, o un arroyo serpeteando. Paso de la vista de tal cadena de picos blancos a otra, con a veces ventisqueros paredes azules esculpidos. En Puerto aysen me descanse unos dias, tocando conciertos gratis para ninos y ancianos gracias a una familia que me presento y me alojo. Luego empezaban las dificuldades. Ya venian las lomas largas, 15km, que se repiten, al fin de pasar la sierras que van al mar, algo tipico de Chile. Tambien se amplian las lluvias, hasta tardar tardes o noches, con fuerza, llevando frio helado. Y vino el viento, por el costado o en contra, en general. Ademas una cerradura de mi carpa se rompio, y entro el agua,es decir que debia encontrar algun casita abandonada, o algun arbol-linga- antiguo, para protegerme de la lluvia por la noche. Pues las vistas de volcanes y cadenas blancos, de ventisqueros, de lagos y de rios, y de la selva, me permitiron de sobrepasar esas penas hasta Cochrane. Luego de Cochrane fue el pasedilla, solo lluvia fuerte, helada, que mora el equipaje, el cuerpo, las ropas, agua de los arroyos, agua de las cascadas, agua de los riachuelos, agua de los pentanos, agua por la ruta, agua, agua. No se ve nada, todo estuve escondido por los nubes, viento frio, lomas, ripio malo. Lo bueno que encontre una pajera de ciclistas holandeses para compartir nuestro sufrimiento y alentarse. Y llegamos a Puerto O Higgins, por tramos de 90km, que hacer otro que andar, escaparse. Lo siguiente parecia facil, tome el ferry para pasar el fiordo, hasta Candelario, subi empujando la bici por el camino bien hecho pero bravisimo hasta el puesto de carabineros Chilenos. Y descubri que se equivacaron en la frontera en el paso del lago Tromen, me pusieron visado de salida de Chile, y no de entrada. Pues tardo 2 horas a charlar para que aceptaron de cerrar los ojos y dejarme seguir, que seria demasiado papeles para arreglar eso de verdad, despues son 10km faciles, solo un arroyo sin puente. Y llegue a la frontera con Argentina. La ruta cambia senda, huella, con raices y piedras que hacen como escaleras, barro hondo, riachuelos sin puentes, badenes, garganta profunda y estrecha, la bici pasa por lo alto sobre la espalda, espinas y ramas que heridan la piel, eso durante 10km. Duro pero se hace. Ademas el dia siguiente seria tranquilo, otro ferry, y 40km de asfalto llano hasta El Chalten. Pero no fue asi, no habia ferry, no antes de 2 semanas, los carabineros no querian ayudar, apesar que tenian barco grande, y entonces tardo 2 dias mas de huella, igual mala, con ademas 8 lomas largas, y arroyos anchos. Pues tenia que desarmar las alforgas como 40 veces y hacer 3 tramos, 2 para llevar eses, y uno para llevar la bici, a veces al hombro, para pasar todos los obstaculos. Se puso a nevar o llover siempre, el frio estaba tremendo. Llegue al fin de la laguna del Desierto, el guardaparque muy simpatico, chocolate con alforgues, ducha caliente, el camping. El dia siguiente llegue a El Chalten, ventoso, pero un hostal con el comodo y la gentilesa Argentino, que placer. Sufre de todos los musculos, procure de 2 dias para descansar. 2 dias despues habia ferry, especialmente para tal familia de algun jefe o dueno rico, esos por todos lados tienen mas derechos que los demas. Segui por la meseta llana, paja amarilla, un rio azul serpeteando, viento pero no tanto, unas sierras en la lejania, hasta Calafate, un pueblito simpatico, y sobretodo el glaciar, que se puede tocar de la mano, algo increible. Luego de nuevo la meseta, la subida por el bosquete bonito de Rio Turbio, no fui al parque de las Torres porque estaba lloviendo, y fui por la llanura de estepa ventosa y aburrida desde Puerto Natales hasta el Estrecho de Magellanes. Por suerte encontre un ciclista frances para distraernos. Y todavia la estepa, paja amarilla y sierras por la lejania, a veces pentano de sal, de la Isla del Fuego, viento loco en contra, hasta Rio Grande. Hay que decir que desde Cochrane, mejor olvidar la bici, y tomar el colectivo o el avion, que solo merece la vuelta de verdad Calafate, aparte del desafio. Aqui encontre un ciclista holandes, 68 anos, rodeando el mundo por bici 6 meses por ano desde 10 anos, y fuimos juntos hasta Ushuaia. Entramos en el bosquete, que bonito, rodeamos el lago Fagnano, inmenso con la cadena blanca al alrededor, otro lago, el paso Garibaldi, sin el cartel no se notaria, el canal Humbold y el puerto, Ushuaia, que parecia como un lago rodeado de picos, no el fin Sur de Americas. Pues Fuimos hasta el cabo real de la ruta 3, hasta la frontera, hasta la bahia Yendegala, un momento fuerte, magico, el objectivo de este ano, 7000km. Luego aprovechamos unos dias del parque de Ushaia, muy simpatico, camping salvaje, zorro y cauquen que vienen saludarnos, caminatas, bosquetes, turbios, cascadas, juegito tren, vino, alegria. Nos quedamos 2 dias mas en Ushuaia, disgradaciamente no tenia plata para ir a conocer los pinguinos, pero si la carcel, igual triste que las de Europa, igual tambien solo se quedaron gente corriente, los matadores de verdad, politicos, duenos, ricos, generales, padres, nunca vinieron, o rapido se escaparon con ayuda. Pierre GUIILLEZ, mandolpierre@yahoo.com http://mandolpierre.multiply.com Un trobador con la mandolina a pie o por bici recorriendo las Provincias de Americas y Europa. Article biciclub Du Nord de l'Argentine jusqu'à Ushuaia Le Nord-Ouest de l'Argentine Cette année, j'avais le rêve d'aller jusqu'à Ushuaia, rêve que j'avais dû oublier en 2004, faute d'être équipé d'un VTT.Mais auparavant, je voulais rencontrer le défi de l'altitude et du dénivellé, celui du Nord-Ouest de l'Argentine. En conséquence je suis parti de la Rioja Capital, c'est à dire de la ville de la Rioja, capitale de la Province du même nom, terminaison constante en Espagne et en Argentine. Le lac de barrage fût mon premier attrait, l'eau m'a toujours émerveillé, et la côte del Huasco, 60km, pour arriver après le col a 2000m d'altitude environ, les reliefs si bas ne sont pas indiqués sur les cartes, à quoi servirait-il, à l'altiplano. Là j'ai retrouvé mes amis, sérénité, calme, espaces originels, concrétisés la steppe, épineux, agorrobos, touffes d'herbes reiches, mimosas, genêts, beuyère géante, sable et pierraille, fourmis et buses. Je passais quelques bourgs comme Tinogasta et Fiambala, pour arriver au pied du col de San Francisco, mon premier objectif. Malheureusement, il fut fermé par la neige, le temps que j'arrive à Fiambala. mais pour le moins je pouvais grimper jusqu'à la douane, 4100m, et cela valait la peine. Comme Fiambala n'avait rien d'agréable, et plutôt la réputation de vol de bici, je l'ai quitté vers 17h, afin d'atteindre le premier refuge, 15km plus loin. Ce ne fut qu'un "abri de jardin, en terre avec le toit en roseau, mais il me protégea de la tempête de vent, Brassens, Zonda, qui soulevait le sable sur toute la vallée, une vision spectaculaire. Je continue ainsi durant 3 autres jours, allant de refuge en refuge, tant pour déjeuner que pour dormir. La seule réelle difficulté de dénivellé est au début, une côte de 50km, après quoi il y a un faux plat montant de 100km, qui permet de s'habituer à l'altitude, c'est le bienvenu. Mais il y a ce vent, délirant, qui naît avec l'aube, qui s'arrête vers 5h du matin, qui s'amplifie lors de l'après-midi, il résulte du choc entre le froid des sommets et la chaleur des versants désertiques. Ce vent, de face ou de côté, limite la vitesse à 5km/h, soulève des vagues de sable, qui m'obligèrent à me cacher derrière mes sacoches pour me protéger, à m'arrêterr vers 15h, à pousser la bici à la moindre côte. Malgré les difficlutés, j'atteins les 3900m d'altitude, d'accord c'est encore si bas, mais cela me permit d'admirer la saline, les lamas sauvages, les volcans recouverts de neige éternelle, et les "medanos", peintures de sable genre art Africain dans une bouteille, formées par les sables transportés d'un versant à l'autre, de différentes couleurs, jaune, rouge, bleu, violet, etc..., de la dimension d'une montagne, fabuleux. Là une camionette s'arrêta pour me féliciter, bavarder, m'offrir quelque chose, n'importe quoi, le geste qu'il serait déshonorant de refuser, eau ou fruit ou biscuit. Et dingue ils essayaient la dernière Renault, la Logan, pour la commercialiser en Amérique du Sud, enfin une voiture pratique, robuste, simple et facile à réparer, proche du besoin de la population, notre bonne 4L, ouaih je suis ringard. Comment refuser à un superman Français, ils chargèrent la bici, et me ramenèrent avec joie à Fiambala. Je reviendrai, pour franchir le col jusqu'au Pacifique, je n'aime pas l'inachevé! retour à Alpasinche, et 80km de steppe pour aller à Londres, un bourg, mais surtout des ruines incas bien conservées, tout un village, dans un site magnifique, vue gigantesque, couleurs merveilleuses de la végetation et des roches, soleil. Encore un peu de steppe, et j'arrive à Belen. De là j'espérais rejoindre l'altiplano, mais le col, 4800m, est fermé pour tempêtes de neige. Alors je fais un tour dans le canyon de la rivière et dans la sierra alentour, occupée par des indiens Mapuches, une zone désertique avec quelques oasis couoverts d'arbres fruitiers et de queqlques champs. Puis je repars dans la steppe, vers la côte de Belen, décevante, 8km, et Andalgada. Ensuite vient la côte de Chilca, 20km d'épingles à cheveux accrochées à la sierra presque verticale, au moins du 10%, une piste étroite et caillouteuse. Les vues sont superbes, comme d'unavion, avec la saline au fond toute jaune, et tous les conducteurs rencontrés me félicitèrent et m'encouragèrent. Juste après le col des habitants d'un hameau m'invitèrent à manger de la soupe avec du pain faits maison, et du vin au coca. Puis ce fut l'altiplano en faux plat descendant, jusqu'à Las Estancias, une longue vallée verte le long d'une rivière. Je demandai le camping à unn propriétaire sur le pas de sa porte, il m'invita à boire le maté, puis dans la discussion à dîner et à dormir. Le lendemain vint la côte del Clavillo,, 15km d'épingles à cheveux à travers une forêt de hêtres, avecd au col un fortin en pierres et un petit château, et la vue fantastique de l'Aconquija, 6000m d'altitude, couvert de la jungle, sans trace d'être humain, et à 90° de la plaine de Tucuman. La descente est super rapide, par une piste pierreuse, jusqu'aux vergers de citrons et oranges, puis les champs de canne à sucre, jusqu'à Concepcion. Et je suis reparti par la côte del Indio, 60km à travers la jungle et dans une chaleur de four. jusqu'à un plateau, El Tafi, et 30km de plus pour passer le col de l'Infernillo, 3100m, Ensuite vinrent 2 jours d'altiplano venteux jusqu'à Calafate et son paysage de vignes. Ensuite la route passe par le canyon de la rivière Rojo, 50km féeriques de roches sculptées par le vent et la pluie, de masses de différentes couleurs juxtaposées. Puis c'est la lente descente jusqu'à Salta, 1100m, la grande ville, où je fus reçu par un cycliste Argentin, pile pour son anniversaire, grande fête familiale. bien reposé, en 2jours je montais à San Antonio de los Cobres, par la côte del Rio Blanco, 120km, col à 4100m, les 17 derniers km en poussant la bici . Là je m'aclimatais mal à l'altitude et décidais d'abandonner le col de Sico. Je franchis l'altiplano , passant près du Salar Grande, une étendue de la dimension d'un lac de savoie, totalement blanche et parfaitement plate, entourée de sierras. Je grimpais le col de la cote de Lipan, 4200m, en poussant la bici, Et voilà la descente très rapide, en épingles à cheveux, de la faille de Huamaca, falaises de couleurs suclptées, villages oasis accrochés aux vallées minuscules, arbustes couverts de fleurs jaunes, jusqu'à Pumamarca. Et ensuite je pris le car jusqu'à Alpasinche. Le temps me manquait. Et je parcourus la zone des oasis de verdure perdus dans la steppe semi-désertique, San Blas, Fatima, une côte de 20km, Chilecito, Nonagasta, bosquets d'arbres, quelques champs, une église toute simple. Puis c'est la côte de `Miranda, au moment où je me disais en fait elle est difficile, j'arrivais au col, 20km, mais la route est sublime, à travers un cayon, un trrent qui s'enfonce dans une gorge, les massifs rouges. Et j'ai visité les 2 parcs géologiques, Talampaya, un canyon de 80m de haut, et El Valle de la Luna, le nom adéquat, spectaculaires. Une dernière côte, sous un soleil et une chaleur écrasants, la longue descente toute en bosses, et un conducteur m(offre de m'emporter jusqu'à San Juan dans sa camionette, détour par un sanctuaire, je suis Français alors la religion... , mais bon ce que les Evangiles proposent c'est très bien , malheureusement jamais respecté. Il m'évite le desert brûlant et jaune, le vent chaud qui brûle les arbustes, une catastrophe climatique nouvelle pour cette région plutôt verte. De là j'ai pris le car jusqu'à San Rafael, car j'ai déjà fait ce trajet l'année passée. A San Rafael j'appris que le col de Pehuenche était enneigé, et je décidais de suivre la route 40 jusqu'au col du Pino Echado, cette route que mes amis Argentins m'avaient toujourfs déconseillée, trop de vent, personne, pistes très dégradées. Je ne la trouvais pas si difficile, et si belle. J'ai fait le détour jusqu'à la station de ski de Las Lenas, 40km de pente douce, avec un vent glacial de face, par une vallée mignonne, jusqu'aux montagnes couvertes de neige. ensuite Mallargué, Barrancas, et le Rio Blanco, le fleuve sauvage, un parcours facile mais venteux, pacience et persévérance. Le grand Fleuve, c'est magique, couleurs de l'eau, des roseaux et paturages, des sierras, des volcans au loin, puissance de l'eau et du vent, paysage lunaire, et les Derniers Gauchos, comme le héros Martin Fierro et sa Métis. Rien que pour les rencontrer cette route vaut le détour. Ils boivent le maté en silence, parcourent la steppe à cheval ou en âne, avec le costume de peau, un champ, un enclos en bois épineux, quelques vaches et brebis, pas de clôtures sur le plateau. Ensuite apparaît le volcan Tromen, 4500m, couvert de neige éterrnelle, et ses frères blancs aussi, générant un vent dingue. La route le contourne durant 2 ou 3 jours, jusqu'au bourg de Chos Mahal, où je m'offris le confort d'un bon hôtel avec douche chaude. Là j'abandonnais la route 40, désormais sans interêt, pour passer par la route des crêtes, comme toujours. La côte del Cholar est pentue, en épingles à cheveux au dessus du canyon du fleuve Neuquen, superbe, mais surtout 3 vents tempêtueux, de face, de droite et de gauche, descendent des sommets environnants, le volcan Tromen, un autre volcan en face, et la Sierra del Viento, c'est à dire la 2me haute Cordillère, 5000m, couverte de glace. Je poussai la bici 20km, arcbouté, les mains accrochées au guidon, quand un camion me ramassa. J'acceptais à cause du danger, et m'aperçus que j'étais à 500m du col. Mais il y avait d'autres courtes côtes plus loin, et ce vent par une piste étroite entre ravin et falaise, trop dangereux. Ensuite la route longe la Cordillera, jolie, sur le plateau, avec des ruisseaux bordés de Saules, des champs et des villages boisés. A Loncopue, au crépuscule, tous les oiseaux se mettent à chanter durant une heure, avec un vacarme de jungle, ahurissant. De là j'ai fait d'un coup les 100km jusqu'au col du Pino Hechado, 2000m, une bonne côte, pour profiter de ce jour sans vent, et je dormis du côté Chilien, sur l'altiplano, une nuit glaciale, à l'aube l'eau des bouteilles était gelée, et la tente blanche de givre. Le sud du chili et les Magellanes Après le col je descendis à Lonquimay, avec l'intention d'aller au pied des volcans au Nord, mais les routes étaient enneigées. alors j'ai pris la piste grimpant jusqu'au lac Galletue et Icalma, petites étendues d'eau azur, le plus beau ce sont les forê^ts d'araucarias, et l'altiplano. Ensuite j'ai suivi la route des lacs, qui va d'un lac à l'autre, entre les collines, altitude 300m, une piste mauvaise, étroite, pleine de nids de poules et de cailloux, plus les épuisants badenes. Comme mon budget était vraiment serré, 300e par mois, il en faut au moins 600e au Chili, j'ai essentiellement fait du camping sauvage, sautant les clôtures avec la bici et les sacoches, me cachant derrière les buissons. Tous les alentours et rives des lacs sont privés, campings ou hotels de luxe, ou maisonnetes secondaires, à l'opposé de l'Argentine. Bien sûr, la vue d'une étendue bleutée parmi des collines vertes, couvertes de bois ou de prairies, est bien agréables, mais le merveilleux, ceux sont les volcans, cônes blancs qui trônant au dessus, orgueilleux et puissants. Par chance, j'ai eu du soleil quand j'étais près des lacs, et la pluie quand la route s'en éloignait. En général, il pleut 500 jours par an au minimum, et on ne voit rien. Les détours les plus passionants furent le chemin étroit, cahoteux, pentu, au travers de la forêt native, avec des vues sublimes sur le lac Neltume et les volcans, et la route de puis Puerto Octay, un joli bourg avec grande vue sur le lac, jusqu'à Puelche, via Puelo et Cochazo, La vue du lac de Todos los Sanctos entouré par les sommets enneigés de la Cordillère, et le chemin le long du fjord avec le volcan Yate, au fond, au milieu de la forêt, c'est magique. Ensuite j'ai pris le ferry jusqu'à Puerto Montt, et un autre jusqu'à Chaiten, car le ferry sort de Horniporen seulement en été. Le séjour dans ces 2 villes est sans intérêt, à éviter. Et j'entrais sur la mythique Carretera Austral. C'est vrai que jusqu'à Puerto Aysen, c'est d'une beauté à couper le souffle. J'eu un climat doux, ensoleillé, avec quelques averses, et peu de vent. La piste en ripio, en mauvais état, passe entre des versants abruptes couverts de jungle froide, une quinzaine d'espèces locales originelles, d'arbres et de sous bois, poussent partout très dense. Des cascades tombent le long des pentes, la route longe parfois un marécage, créé par une éruption, ou longe une rivière qui serpente. La vue passe d'une chaîne de sommets enneigés à une autre, avec parfois des glaciers, murs bleu azur sculptés et transparents. Je suis resté à Puerto Aysen quelques jours chez une famille, qui me permit, en m'introduisant, de donner quelques concerts de mandoline pour la joie d'enfants et de personnes âgées. Au dela commencèrent les difficultés. J'entrais dans la région des côtes pentues de 15km enchaînées, afin de traverser les sierras qui vont perpendiculaires à la Cordillère jusqu'à la mer, relief typique du Chili. Les pluies se multiplièrent, jusqu'à durer après midi ou nuits entières, fortes, apportant un froid glacial. C'est ajouté le vent, de face ou de côté, bien sûr. Et en plus une fermeture éclair de la tente a craquée, laissant passer l'eau, et je dûs chaque soir dormir dans une maison ou barraque abandonnée, ou sous un gros arbre. Heureusement, le plaisir des vues des volcans, de glaciers, de lacs immenses ou enserrés, de chaînes de montagnes enneigées, de la jungle, me permirent de dépasser ces difficultés jusqu'à Cochrane. Plus avant ce fut un cauchemar. Il tomba continuellemnt une eau de pluie forte, glacée, que trempait les bagages, le corps, les habits, l' eau des cascades qui dévalaient les pentes, l'eau des rivières, l'eau des ruisseaux qui coupaient la route de badenes continuels, l'eau des marais, l'eau sur la piste, Tout le paysage etait caché par la brume et les nuages bas. Le vent était froid, la piste très mauvaise, avec de nombreuses fortes côtes. Par bonheur je rencontrai un couple de cicliste Hollandais, avec qui partager souffrance et encouragements. Et nous arrivames à Puerto O higgins, par étapes de 80 à 100km, que faire d'autre que rouler, fuir! La suite paraissaît facile, je pris le ferry pour traverser le fjord jusqu'à Candelerio, je poussais la bici par une bonne piste trop pentue, avec de belles vues sur le lac del Desierto. J'arrivai au poste de douane, et nous découvrimes alors que lors de mon entrée au Chili, ils apposèrent un visa de sortie et non d'entrée. J'étais en situation illégale. Il fallut deux heures de palabres pour que je puisse continuer, les douaniers fermèrent les yeux, pour nous eviter la paperasse et les difficultés. Ensuite ce furent 10km faciles, avec juste une rivière sans pont, pour atteindre la frontière avec l'Argentine. Alors la piste se transforme en sentier, en trace pour animaux, avec des pierres et des racines qui font effet de marches, des zones boueuses, des ruisseaux sans pont, des badenes, une tranchée si étroite qu'il faut marcher au fond et faire passer la bici en haut en la soutenant sur le dos, épines et branches qui griffent la peau, ce durant 10km. Bon c'est dur mais faisable. Et puis le jour suivant c'est du beurre, le ferry vers midi, et 40km de route plate jusqu'à El Chalten, et l'hotel. Mais ce fut raté, il n'y avait pas de ferry aavant 2 semaines, les douaniers ne voulaient pas nous transporter avec leur bateau, et nous dûmes parcourir durant 2 jours ce même sentier, plmus dur encore, avec 8 longues côtes, des passages le long d'un ravin, et des rivières sans pont. Je dus décharger les sacoches environ 40 fois, pour passer tous les obstacles en trois fois, deux pour les sacoches et un e pour la bici, des fois sur l'épaule. Il se mit à neiger ou pleuvoir de façon continue, le froid était terrible, Enfin j'arrivais à l'autre bout du lac, je fus reçu par le garde-champêtre, très gentil, chocolat chaud et biscuits, douche chaude, camping. Le jour suivant j'arrivai à El Chalten, un bazar venteux et pluvieux, l'auberge de jeunesse, le confort et la gentillesse Argentine, quel pied. J'avais mal à tous les muscles, il me fallut deux jours pour me remettre. Deux jours plus tard un ferry fit le trajet, spécialement pour une famille de riches. Cela eu été pareil en France, n'est-ce pas! J'ai continué à travers la meseta, le long du lac d'abord avec la vue de la chaîne de montagne Fitz Roy, puis le plateau plat, couvert d'herbe dure et jaune, un fleuve bleu azur et argent qui serpente lentement, peu de vent, des sierras dans le lointain brumeux, et Calafate, un joli village y surtout le glacier, le mur de glace, si proche que l'on pourrait le toucher de la main, quelque chose de merveilleux, sans égal. Ensuite j'ai continué à travers la meseta, une jolie côte avec vent de face, au dessus de Rio Turbio, à travers le bois de pins des Lutins, la pluie me détourna du parc du pic de las Torres, et continuais par la plaine de steppe venteuse et ennuyeuse depuis Puerto Natales jusqu'au détroit de Magellan. Par chance je rencontrai un cicliste français avec qui je papotais, et nous passames une excellente soirée et petit déjeuner, très bien accueillis, dans une famille faisant pension, la meilleure "hotellerie" au Chili, à mi-chemin. Et toujours la steppe, herbe drue et jaune, sierras dans le lointain, quelques marais salés, vent dingue de face, jusqu'à Rio Grande. A mon avis, mieux vaut faire cette partie de la route, de Puerto Rio Tranquilo a Rio Grande, en car ou en avion, et envoyer le vélo par car, seul l'arrêt à Calafate vaut le détour. sauf à avoir beaucoup de temps et vouloir relever un défi. En sortant de Rio Grande, j'ai rencontré un cicliste hollandais, âge de 68 ans, parcourant le monde en bici 6 mois paar an, tout en camping, avec qui je terminais mon voyage, ce fut un partage très riche. Nous pénétrâmes dans la forêt de hêtres et de pins, native, superbe, puis la route longe le lac Fagnano, immense, entouré de la chaîne des Andes, puis un autre lac, le col Garibaldi, tellement facile que sans la pancarte je ne l'aurai pas vu, nous atteignons le canal Humbold, et le port de Ushuaia, qui me parut comme un grand lac entouré de montagnes, Annecy ou Genève, pas du tout la pointe Sud des Amériques et de la Cordillère. Nous continuames jusqu'à la fin de la route n°3, qui va à buenos aires par la cote, la frontière avec le Chili, la baie Yendegala, moment impressionant par l'accomplissement du défi, du "pélerinage". Ensuite nous campames 2 jours dans le parc d'Ushuaia, très agréable, sentiers, forêts, lacs, tourbières, cascades, train miniature, renard et oie sauvages qui ne s'enfuient pas. . Puis nous passèrent 2 jours à Ushuaia, 2 rues mignonnes et le port, malheureusement l'argent me manquait pour aller en bateau voir les pingouins, , par contre j'ai visité le bagne, aussi sinistre que les prisons françaises. Et bien sûr, jamais les réels meurtriers n'y furent emprisonnés, ou alors ils s'en échappèrent très vite avec aide extérieure, politiques, grands propriétaires, généraux, riches, religieux.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article