Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3  AMERICAS   BY   BICYCLE

MES VOYAGES AUX TROIS AMERIQUES EN VELO

ARGENTINA URUGAUY BRASIL 2ME VOYAGE

SUR DE URUGUAY, SUR DE BRASIL, CENTRO NORTE DE ARGENTINA SUR DE URUGUAY : 1350 km, un mes Salí de Buenos aires el 13 de septiembre 2005 POR EL Tigre, Para llegar a Carmelo, Uruguay, por barco. Después seguí más o menos la costa, hasta Chuy, la frontera con Brasil, mas hice dos vueltas por el interior. La primera desde Colonia hasta Trinidad, ciudad muy bonita, y vuelta por Durazno, Florida y Montevideo, para saludar los padres de un amigo y conocer el interior. Fueron subidas y bajadas largas y suaves sin ninguna meseta, por colinas peladas, con mucho viento, frió y humedad. Lo segundo rodeo desde Piriopolis hasta Minas, villa serrana, Aiguas, y vuelta hasta Punta del Este, para conocer la sierra de Uruguay (535m de altura, hihi). De Minas hasta Aiguas pase por caminos de tierra, con posos y piedras, adonde probé mi nueva bici, bajando a toda prisa. Después seguí la ruta por las cimas, con vistas maravillosas. Pues la costa es más o menos llana, con grandes bosquetes, y lagos. Por Castillos se encuentra una palmera y un parque bien agradable con un fuerte español en perfecto estado. La gente en Uruguay es bastante pobre, más muy simpática, muy comunicativa, muy buena. SUR DE BRASIL : 3000km, 2 meses Pase en Brasil en Chuy, y cruce la pampa durante una semana y 600km, hasta Porto Alegre, lugar plano en general, con muchas lagunas grandes y pentanos. Unos ciclistas Brasileros me indicaron por Internet los lugares bonitos, y usando también la guía “bem e barato”; escoge mi recorrido, siempre por la sierra. Hay poco tráfico, lo que es mejor, porque allí los camiones no vean los ciclistas. Son subidas largas y bien bravas, 20-30km, y se puede ver lo mas por rutas asfaltas. Fui a conocerlos parques de Gramado, los viñeros de Bento Goncalves, la ruta del sol hasta Cambara do sul, los cañones del parque de Aparados de Serra, la sierra Greal hasta Bom Jardim, el cañón de la sierra del rastro, un parque salvaje, Florianópolis, la costa hasta Itajai, Blumenau, La Serra del mar hasta Curitiba, y las serras de Ponta Grossa y Larangeiras hasta Foz de Iguazú. Cambie muchas veces de paisajes, bosquetes primitivos de Araucarias, colinas de viñas y chacritas, colinas peladas, selva húmeda como en el tiempo de los dinosoros. En este lugar llueve todo el año, con además neblina. Las rutas son de ripio, con una película de pasto. Ande una semana por allá, todo mi equipaje fue húmedo, y todo sucio. Por suerte Salí de este pesadilla para entrar en Florianópolis, después de unos días por la selva tropical por caminos estrechos de tierra, y llegue al sol, el mar, las playas, y los mariscos. Después sube de nuevo por la selva, hasta Curitiba, grande ciudad adonde todo esta cerrado después de las 7 de la tarde, que más triste. Y acabe por la ruta de las cimas, por selvas primitivas de araucarias y vistas inmensas, hasta Foz de Iguazú. Se pasa bien, más tenia que falar portugués, un idioma muy difícil, y la gente es gentil más muy cauta. Me llamaron el loco (de hacer tanto esfuerzo físico), el pobre de las favelas (de viajar por bici y no por moto) viendo de Buenos Aires (a causa de mi acento extraño). Entonces fue un viaje bastante solitario, mas sin ningún peligro de asalto o robo. ARGENTINA : 3500km, 2 meses Sierra de Córdoba, 900km y 2 semanas Llegue en Iguazú el 12 de diciembre, estaba ya demasiado caluroso. Entonces tome el colectivo hasta Córdoba. Durante 2 semanas recorrí la sierra de Córdoba. Fui a Santa Maria para conocer las iglesias jesuíticas, cruce la sierra norte hasta la Cumbre, con una subida de 30 km de ripio, saliendo del bosquete, y acabando por la cima pelada con rocas. Hice una vuelta hasta Capilla del Monte y el mirador y seguí la sierra norte hasta Carlos Paz. Sube durante 40km hasta el parque de los cóndores, y baje después hasta Mina Clavero. Fue una ruta muy espectacular, con rocas y quebradas. Seguí hasta Merlo, y pase la sierra sur oeste por una cuesta de 20km y un desnivel de 1500m, y una largísimo bajada por un camino de tierra ondulando atraviesa de un desierto durante 50km, y después 30km de pueblitos, hasta la Cruz. Entre en el Valle azul para conocer la presa del cerro pelado, perdida a dentro de colinas cubiertas de bosquetes. Cruce la sierra sur este por un camino de tierra muy agradable, hasta San Agustín, mas la vuelta fue loca, 35km de subida bravísima por un camino de piedras sueldas, solo para caballos, yo empujando la bici. Después seguí los lagos de presa desde Belgrano hasta Alta Gracia y Córdoba. De San Juan hasta San Rafael, 1400km y un mes Después tome el colectivo hasta San Juan, que no se puede crucer la pampa seca con este calor. Fui a conocer la presa de Ulum, con toda la vuelta: Después fui a Calingasta, mas pasando por Talacasco, porque la ruta esta destruida. De Calingasta fui a Uspallata, subí hasta el túnel del Cristo, ida y vuelta. Pues baje a Mendoza por la ruta 52, una subida solitarissima, 30km de ripio por la sierra seca, y una bajada loca, toda de caracoles increíbles guante 40km. Subí de nuevo a Tupungato, un lugar maravilloso, con la vista de todos los cerros los mas altos de los Andes, y fui a la presa el toro, por la puna. Baje a las presas del Tigre, subí a la presa del Nihil, y baje de nuevo hasta San Rafael por el cañón del Atuel, esplendido, cada caracol las rocas son distintas, como esculturas gigantes. Lo más de este recorrido son por rutas de ripio malas, con mucho viento, un aire seco y caloroso, un paisaje de puna y piedras, un ambiente muy pero muy solitaria, subidas de 30km de largo, días de 100km, y pasos a 3000m de altura. Es un desafió de cada día. Mas la gente es muy simpática, me invitaron siempre a compartir asados y parillas en los campings. De San Rafael hasta Pinamar, 1200km y 2 semanas En San Rafael, estuve demasiad agotado, y deje la idea de ir por Mallargue. Entonces fui por la pampa hasta Realico, Santa Rosa, y Necochea, y a lo largo del mar desde Necochea hasta Pinamar. Fueron 2 semanas de ruta llana, 100km por día, sin dificultad (1200km). Me gustaba mucho Trenque Lauquen y sus lagos, y Mar de Plata. Aquí se acabo este viaje de 5 meses y 8000km, por el 12 de Febrero, yo estuve demasiado cansado, y la bici tenía la llanta de atrás rota. Puedes conocer fotos y los diarios en mi página Web : http://mandolpierre.multiply.com L’URUGUAY SUD J’ai traversé les banlieues de Buenos Aires, par la piste cyclable longeant la voie de chemin de fer, accompagné pr 3 cyclistes Argentins, pour arriver à la ville balnéaire du Tigre, La je me suis promené sur la costanera et au marché artisanal. Puis j’ai pris le bateau pour Carmelo, petite ville d’Uruguay. Jusqu’à Colonia, j’ai roulé sur des pistes, afin de sortir de la route n°1, et de m’approcher de la cote. Et les soirées furent de merveilleux couchers de soleil sous les pins. Le jour je traversais des petites collines couvertes de prairies,, avec quelques bosquets d’arbres. Traversant les vignobles avant Colonia, j’ai fait une halte dans une cave, et le vin est excellent.. Colonia est une jolie petite ville avec le centre ancien lié au parc par une longue costanera a parcourir en velo. Bien que très touristique, elle n’a pas été dégradée pour les gringos. Et encore de superbes couchers de soleil sur la mer. Puis la sortie se fait par une allée bordée de palmiers, et de bidons-ville, surtout rester sur la grand-route… La j’i été invité a boire du lait par un artisan fabriquant des briques de terre cuites. Il m’a indiqué un petit détour et je me suis retrouvé dans une forêt d’arbres gigantesques et majestueux, où je me suis un peu perdu. Puis j’ai quitté la cote et je suis entré dans l’interieur, montant et descendant sans cesse à travers des colllines de prairies pelées, avec des roches apparentes et quelques bosquets d’arbres en bourgeons jaunes, en fleurs blanches ou roses, ou encore avec les troncs blancs, verts ou gris dénudés. C’était le début du Printemps. Je suis arrivé à Trinidad, jolie ville ancienne, avec un grand parc, où j’i logé dans une famille d’un ami. Puis j’ai continué à travers la même campagne, Durazno, Florida, et Montevideo, en faisant un détour par un petit lac de barrage. Montevideo, l’nentrée par la route n°1 est bordée par 5km de bidons ville, puis par le port, surtout ne pas s’arrêter. Mais bon ils me regardaient stupéfaits, me montraient du doigt à leurs copains, me saluaient de la main, y-a-t’il un réel danger ? J’ai passé une semaine chez un cycliste, Ernesto, partageant son studio et la cuisine française. J’ai eu la chance d’arriver le weekend du Patrimoine, tous les beaux immeubles ouverts à la visite, et la fête dans tout le centre. Puis j’i continué à silloner la ville et la costanera en vélo, remplie de bâtiments anciens, et sans danger. Je suis parti par la costanera, entré dans la forêt qui longe la cote Uruguayenne, et arrivé dans une petite ville balnéaire noyée dans la forêt et au bord d’une interminable plage de sable, où j’ai passé 2 jours avec la mère d’un cycliste brésilien. J’ai continué par la cote jusqu'à Piriapolis, autre ville balnéaire plus genre la Grande Motte, moins agréable à mon goût. Mais la pluie m’y a cooincé 2 autres jours. De la je suis entré de nouveau vers l’intérieur, pour atteindre la montagnolette préhistorique de l’Uruguay, point culminant a 535m (hihi), Minas et Aiguas. En fait ceux sont toujours des collines pelées avec des bosquets. Mais la roche apparaît plus souvent, quelques pics dépassent, quelques vallées sont encaissées, et la route des cimes, bordée par ces collines à l’infini de chaque cote, est splendide. Et c’est aussi un endroit pour s’amuser à faire des centaines de km de pistes,, montantes et descendantes, en pente douce, dans une région très peu peuplée. J’en ai profité pour tester ma nouvelle byciclettte VTT argentine, impeccable. J’ai retrouvé la mer à Punta del Este, une ville touristique et moderne, genre Benidorm, très chère et laide, mais avec toujours de superbes couchers de soleil et la costanera. Ensuite j’ai longé la cote par les pistes, passant par des lacs naturels d’eau de mer, étendues plates et vertes dans la prairie plate et verte, payant une fois la traversée à un pécheur, le gué étant infranchissable. J’ai rencontté quelques marécages, une palmeraie, c’est à dire des palmiers éparpillés dans la prairie, et le parc boisé, immense, Santa Teresa, avec un fort espagnol en pierre, en parfait état, avec remparts et tourelles, superbe. Puis ce fut la plaine jusqu’à Chuy, la frontière avec le Brésil. Ce fut une ballade agréable, d’un mois et 1400km, mais sans rien de remarquable. Les Uruguayens sont très gentils, causants, faciles à rire et à plaisanter, et très pauvres. Mais ils ne mendient pas. Le vent dominant vient en principe du Nord Est, mais en réalité je l’ai toujours eu de face, sauf 2 ou 3 jours de chance. Le pays est sûr et très peu peuplé, Il y a presque partout des campings, sinon il est possible de camper dans les parcs, ou stations ervice. Attention toutefois aux vols de bici et bagages. Le budget en campant peut être de 10e par jour. La meileure saison est le printemps local, octobre novembre decembre, en ete il ya beaucoup de touristes, et en automne et hiver il pleut. Un autre circuit possible longe la frontière argentine à l’Ouest jusqu’à Salto et rejoint ensuite par l’intérieur Tuacarambo. LE SUD DU BRESIL 3000 km, du 15/10 au 15/12/2005 La premiere semaine, j’ai traversé la pampa, c’est à dire la plaine, entre Chuy et Porto Alegre, une région de lacs et prairies avec une jolie ville ancienne, Pelotas, et un bourg balnéaire, Sao Laurenço do Sul. Mais surtout j’ai rencontré les premières difficultés. Tout d’abord impossible de me faire comprendre et de les comprendre. Pourtant j’avais etudie la méthode assimil. Il me faudra un mois de mal de crâne pour pouvoir converser. Et les Bresiliens ne parlent que portugais, ni espagnol, ni anglais, ni français. Il n’y a pas de camping. J’ai frappé à la porte des Fazendas, entreprise agricole ou industrielle de type paternaliste, le patron est propriétaire des terres, des bâtiments, des logements du personnel, des boutiques, écoles, banques, etc… Alors pour tout il faut l’accord du patron et celui-ci n’est jamais là. Quant au camping sauvage, gare aux araignées, scorpions, moustiques, serpents, et autres bestioles. Il m’a resté l’hotel, 10e, les stations service, les pompiers, la police, l’armée, et les dispensaires. Autre surprise, tout ferme à 19h, restos, supermarchés, bars, commerces. Après l’Argentine où tout est ouvert jusqu’à 23h… Et enfin la pluie, torrentielle, durant 24h d’affilée. Il pleut 8 à 9 mois par an au Brésil. A Porto Alegre un cycliste local m’a conduit jusqu’à l’hotel, puis nous avons visité la ville ensemble le lendemain. Mais quelques signes m’ont donné des doutes sur ses intentions, et par la suite je l’ai évité. J’ai aussi revu un Brésilien rencontré l’année passée a Santiago du Chili. Porto Alegre le centre est joli, ancien, avec un marché et un bazar dans les rues, un monde et un bruit fou. Puis viennent les banlieues interminables, avec les rues arborées, et de nombreux squares. Et le soir les jeunes terrassent et boivent bière sur bière. Et voici les bonnes surprises, d’abord le petit déjeuner brésilien, 1,5€, une table couverte de gateaux, de fruits exotiques, de charcuterie et de fromage, de pain, de jus de fruits, de cafe et de lait, à volonté, le rêve du cycliste. Et pour le midi, c’est identique, ou au poids, ou le plat national, bifteck, salade, riz et haricots noirs, 4 assiettes remplies a ras bord, 4€.. Voilà, ça y est, 2 cyclistes bresiliens (groupe yahoo cicloturismo.br) m’ont envoyé par internet la liste de tous les lieux interessants du Sud du Brésil et j’ai trouvé le guide « Bem et Barato », ed Quatro Rodas. Je peux partir. Je grimpe d’abord a Canela et Gramado, villages allemands perdus dans les forêts d’araucarias, ces pins géants datant d’avant la séparation des continents, 300 millions d’années, avec 2 parcs naturels, l’un avec une chute d’eau de 100m de haut, l’autre avec un canyon en fer a cheval, avec le torrent au fond, le tout noyé dans la forêt. Puis c’est la Route Romantique, passant par de petites fermes, des villages, des prairies et des bois, très apparence européenne du début du 20me siècle, pour atteindre les vignobles, Bento Gonçalves, avec son église en forme de tonneau, un tonneau pour autel, et des dessins de vigne sur les vitraux. Les sommeliers furent ravis de faire gouter les vins brésiliens, excellents parfois, à un français. Au bourg italien voisin, rempli de maisons et d’eglises de style classique, un motard a marchandé le prix de l’hotel pour moi. La Rota do Sol m’a conduit de Caxias do Sul à Cambara do Sul, par un plateau de collines d’altitude couvertes d’une herbe rase, changement inattendu pour une route parralèle à la route romantique et toute proche de celle-ci. Là se trouvent les 2 plus grands canyons ou « coupures » du Brésil et du monde. Imaginez 2 zébrures dans le plateau, de 200m de large environ, de 50km de long avec au loin la plaine et la mer, et de 1000m de profondeur. Les murs sont des falaises a pic, avec des cascades qui tombent partout, et au fond le torrent qui gronde. Après 11h la brume occulte tout et les transforme en fantômes. Elle est fabriquée par l’air marin qui vient frapper les falaises et se condense. Là je fraternise avec un motard, qui me donne pleins d’indications et un pull. Et je me suis perdu dans la brume, parcourant la serra Greal, où je suis resté une semaine, montant et descendant des pistes recouvertes d’une pellicule de boue. Tout est humide et boueux, la bici, mes sacoches, mes affaires, moi, la piste, la prairie, la forêt. C’est la jungle froide, avec des fougères arborescentes, des marécages, des araucarias immenses, des canelas, etc… des petits vautours noirs, des loutres, et des dinosaures qui traversent la route. C’est la forêt originelle, intacte, protégée, immemoriale, magique. Ici il bruine 24h sur 24, 500 jours par an. Par chance je rate un carrefour et je me retrouve sur la route des cimes, avec à droite la forêt de brume et le fleuve qui serpente au fond des vallées, et à gauche les collines d’herbe rase, incroyable contraste, et j’arrive à Bom Jardim. La route descend de 800m en 20km en épingles à cheveux, par des balcons taillés dans la roche, dans le bruit et les embruns des cascades, par le canyon du Rastro, incontournable trajet touristique. La forêt s’agrippe à la falaise, et la brume monte dés midi. Les motards me saluent et me félicitent. Au final apparaîssent les pics de la sierra, 2000m d’altitude. Mais j’opte de rester au soleil et m’aventure dans un autre parc de jungle semi-tropicale, avec de rares fermes, des côtes interminables, des cascades et torrents, et la forêt, dense, impénétrable, omniprésente, remplie d’essences et d’oiseaux inconnus, l’étrangeté merveilleuse que j’aime tant. Je passe une semaine à me reposer à Florianopolis, en compagnie d’un brésilien, visitant les plages, le fort portugais, les petits ports de pêche, la vieille ville, les restos, les glaciers, les coktails…C’est une grande ile en colline recouverte de forêts, avec des lacs et des marais, des falaises et des baies, des palétuviers et des pins, et des bourgs reliés par les bus. Puis c’est l’autoroute et l’ancienne route longeant la mer, jusqu’à Camburiu et Itajai, la falaise et quelques baies desertes, avec palmiers, bananiers, papayers et avocatiers sauvages, dans la forêt semi-tropicale. Puis c’est Blumenau, ville de style allemand avec des maisons en pan de bois, la rivière et des chiens d’eau, la côte de 30km pour atteindre Rio do Sul et la serra do Mar, le plateau de prairies, et Curitiba. La grande ville ultramoderne étale ses tours et ses palais de verre et métal, opéra, serre ou theatre, ses 2 rues de style classique, la place portugaise, et le nord bordé de parcs boisés, lacs et chutes d’eau, aménagement du fleuve et de la réserve d’eau. Les pistes cyclables ont disparues, et les chances de survie d’un cycliste sont faibles. Je passe une soirée sympa avec un cycliste bresilien rencontré par internet. Enfin mon brésilien est fluide. De là c’est la traversée d’est en Ouest de la sierra, 700km, par le bas-côté de la grand route, pour rejoindre Iguazu. Elle passe par le parc de Ponto Grossa, avec les roches errodées par le vent en forme de sculptures, et la vue de toute la vallée de Curitiba et de la ville. Puis viennent les prairies immenses, avec de rares fazendas, restes de plantations de café abandonnées, les côtes de 40km, les vues à l’infini, les antiques forêts d’araucarias ou de jungle, les arbres en fleurs rouges ou orange. Il fait chaud, très chaud, avec des orages démentiels, imprévisibles. C’est déjà la saison des pluies. Iguazu, c’est fabuleux. Le sud du Bresil : très peu de bicicleteries, donc peu de pièces de rechange. Pas de camping. Portugais basique obligatoire. Altitude 600m à 1500m, donc beaucoup de côtes. Possibilité de tout faire par l’asfalte, ou par les pistes, au choix. Saison : printemps local (octobre, novembre et décembre), en été la chaleur est insuportable, en automne et hiver il pleut toute la journée. Très bon contact avec les motards, vrais voyageurs brésiliens. Ils parcourent toute l’amérique du sud en petits groupes. Les locaux me prenaient pour un brésilien, et me parlaient en portugais. Mais ils me traitaient de fou (malouco) de faire tant d’efforts physique avec mon vélo, de pauvre des favelas (povo), de me déplacer en vélo, et non en moto ou en 4x4, et d’Argentin, à cause de mon accent, et de mon espagnol fluide. Mais impossible que je siois un gringo, avec ma bici argentine, mes sacoches et habits usés, trop pauvre d’aspect, trop bronzé, trop bons portugais et espagnol. Donc beaucoup de solitude et d’incompréhension. L'ARGENTINE, 3500km, du 20/12/05 au 15/02/06 Sierra de Cordoba, Cordillera de San Juan a San Rafael, pampa de San Rafael à Mar de Plata par Santa Rosa Ensuite j’ai pris le car pour l’Argentine. Ce fut d’abord 900km dans la sierra de Cordoba. J’ai visité les monastères-estancias jésuites autour de Santa Maria, puis j’ai traversé la sierra nord jusqu’à Cumbre, avec un cote de 30km de ripio, commençant par la forêt, et se terminant par la cime pelée, puis un détour par le lac de barrage de Capilla del Monte et le mirador sur toute la pampa seca. Puis la route longe la sierra jusqu’à Carlos Paz. Ensuite c’est la montée de 40km pour atteindre à 2000m d’altitude le parc des condors, une gorge ou vivent les familles d’oiseaux, puis la descente vertigineuse jusqu’à Mina Clavero, spectaculaire, à travers des coulées de lave et le long de gorges. Puis j’ai franchi le col de Merlo à la Cruz, 20km de cote en epingle à cheveux et un dénivellé de 1500m, puis 80km de ripio dans la steppe deserte. Puis la route passe le long de lacs de barrage jusqu’à Alta Gracia, où le ché passa son enfance, avec un détour vers la vallée Azul entre les 2 sierras, et une traversée aller retour de la sierra Est. Ensuite ce furent 1400km par la cordillera de San Juan à San Rafael. Après le barrage d’Ullum, j’ai rejoint la cordillère par une cote de 100km dans la steppe, puis la route longe le fleuve au pied des sommets enneigés, Calingasta, Barreal, Uspallata où j’ai été invité par une famille de cyclistes à partager les repas de Pantagruel, puis la montée du col du Cristo Redemptor, 3800m, avec un vent démentiel qui m’obligera à tenter 2 fois l’ascension pour la reussir. Puis la route 52 monte à 3100m par une piste en pleine sierra seca desertique, et la descente vertigineuse en 365 épingles à cheveux, et 2500m de dénivelé, pour arriver à Mendoza capital. De là c’est Tupungato, et la vue de 1500km de cordillère blanche, fantastique. Puis ceux sont le barrage du taureau, au pied des pics blancs, les barrages du Tigre, et le canyon de l’Atuel, une foto à chaque virage de la roche en strate, ou sculptée par l’eau ou le vent, pour atteindre San rafael. Enfin ce furent 1200km de pampa de San Rafael à Mar de Plata, 2 semaines de routes plates, au rythme de 100km par jour, sans difficulté. J’ai particulièrement aimé Trenque Lauquen, son parc et les lacs à proximité, et Mar de Plata, avec la baie immense et les rouleaux de vagues qui viennent du grand large. Ici c’est achevé un vayage de 5,5 mois et 8000km, j’étais trop fatigué et un rayon avait traversé la jante arrière.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article